Quel moteur de fauteuil roulant choisir ?

Quel moteur de fauteuil roulant choisir ?

Quand on est en situation de handicap et que l’on souhaite se déplacer à la fois de manière fluide et autonome, on peut décider d’équiper d’un moteur son fauteuil roulant.
Il existe 2 sortes de fauteuil : le fauteuil roulant manuel et le fauteuil roulant électrique.

Équiper d’un moteur son fauteuil roulant est une solution simple, pratique et alternative

Plusieurs sociétés dont l’entreprise familiale Benoît Systemes propose ce genre d’équipements.

Il y a 40 ans, Robert Benoit est devenu paraplégique à la suite d’un grave accident. Confronté aux difficultés de déplacement et souhaitant améliorer son quotidien, il a commencé à mettre au point des dispositifs en plaçant un moteur sous son fauteuil roulant.

Historique du fauteuil roulant électrique

Pour la petite histoire, le fauteuil roulant électrique a été inventé juste après la deuxième guerre mondiale, par l’inventeur canadien, Georges Johann Klein pour aider les anciens combattants blessé pendant la guerre. Cette invention avait pour but de redonner de l’indépendance et de la mobilité à ces militaires blessés

Cette amélioration technique a réellement permis d’ optimiser de façon durable la vie quotidienne des personnes en fauteuil.

Bien des années plus tard, Robert Benoit a lui aussi souhaité développer et compléter cette technologie en inventant des techniques totalement motorisables pour faire avancer les fauteuils grâce à des moteurs de fauteuil roulant.

Comment ça marche ?

Il existe deux types de moteur de fauteuil roulant pour son concepteur Robert Benoit.

D’abord le kangouroo : C’est une motorisation légère qui additionne la force motrice des bras avec celle électrique d’un moteur.

La puissance de déplacement est quatre fois supérieure à celle des bras. L’effort des mains est atténué et permet de circuler dans la rue, même s’il y a des pentes ou des montées, et l’on peut franchir des obstacles comme des hautes marches de trottoirs. On peut donc doser sa quantité d’efforts en fonction de l’état de la rue et de sa capacité physique du moment. Une commande avec un accélérateur, placée sur la poignée du dispositif, permet d’avancer de manière régulière.

Puis le Minotor. Ce dispositif transforme le fauteuil manuel en fauteuil électrique en moins de 20 secondes.

Le moteur est léger et performant et se place sous le siège. Il est accompagné et fourni avec un joystick pour manoeuvrer le plus aisément possible. La chaise roulante est ainsi commode à faire avancer et on peut décider à tout moment de se remettre en roues libres en actionnant la poignée de débrayage.

Motoriser son fauteuil roulant est un mécanisme amovible qui favorise l’intégration sociale et l’épanouissement des personnes en situation de handicap. C’est une alternative fiable, robuste et adaptable au fauteuil.

Marc. Rédacteur et fondateur du magazine d'informations Novovision.fr