[internet, information et société]

Mediapart : un bocal à poisson rouge

J’ai beaucoup moqué le caractère fermé du projet Médiapart (“les portes du pénitencier se sont refermées”… :o) )… Mais il existe aussi, à côté du “journal” réservé aux abonnés, une partie ouverte, “le club”. Je suis allé jeter un coup d’oeil dans la zone libre…

Il s’y passe en effet des choses intéressantes, mais il est très curieux de voir fonctionner cet “écosystème” singulier totalement en vase clos. Mediapart ressemble au fond… à un bocal à poisson rouge. :-)Le “club” est la partie “participative” du projet Mediapart, elle est en consultation libre. On y trouve une plate-forme de blogs des abonnés, qui commence à vivre de manière active. Mais on touche-là de nouveau une limite du projet, selon moi : la possibilité de commenter ces blogs est réservée aux abonnés (comme sur le site du monde.fr, où les commentaires des articles sont limités !). Ça n’empêche pas que certains de ces blogs soient très actifs en commentaires également, mais ça conserve un petit côté “club privé” qui me dérange.

A noter, après un débat un peu vif sur ce sujet sur l’Observatoire des médias, dont j’avais parlé ici, que des flux RSS sont désormais disponibles pour ces blogs…

Et puis il y a les “éditions”, probablement le concept le plus original du projet. Une édition est “un journal thématique collectif”, initié par des abonnés ou des journalistes de la rédaction, qui en choisissent le thème. Chaque abonné intéressé peut s’inscrire comme rédacteur dans les éditions de son choix (même principe de “club privé” toutefois que pour les blogs).

L’avenir du journalisme : l’info à l’unité ?

Une de ces éditions retient mon attention, “PaperRoll”, car son thème rejoint celui de novövision (et on a la gentillesse de m’y citer ;-) ). L’édition est animée par deux journalistes de Mediapart Vincent Truffy et David Dufresne.

On y trouve justement une bonne présentation par Vincent Truffy de l’article très intéressant de Jeff Jarvis sur l’avenir du journalisme à l’heure d’internet, «the press becomes the press-sphere», qui complète le tout aussi bon billet d’Alain Joannes, sur Journalistiques.

J’ai réussi, par d’occultes manoeuvres, à m’infiltrer dans le débat (bien que je ne sois pas abonné à Mediapart B-) ) , en commentaire du billet de Vincent Truffy : “L’info à l’unité”. Il est intéressant de relever que la réflexion sur l’avenir du journalisme initiée par Jeff Jarvis, que je rejoins largement, va à l’encontre de la philosophie même du projet Mediapart, et que ce débat peut avoir lieu au sein de Mediapart (même si c’est avec l’aide de “commentateurs infiltrés”… :-P).

Vincent Truffy :

(noir)On nous avait ainsi annoncé la mort des journalistes. (…) On nous annonce donc celle des rédacteurs en chef puisque la technique (les flux RSS, essentiellement) permet désormais de concentrer les sources de tous statuts et de toute qualité en un lieu unique et selon un seul critère: le dernier arrivé en tête.

(/noir)

(noir)Plus besoin de tri, donc, tout au même niveau et mort au produit fini (le même narvic prédit le grand déclin de la page d’accueil). Cela se défend. Pour toute personne qui passe sa journée à éplucher ses flux RSS à la recherche de l’info neuve à répandre et à commenter. Pour les neuf dixièmes de la population qui restent, la formule du journal semble toujours pertinente.

(/noir)

J’y réponds en deux longs commentaires. Extraits :

(noir)Cette “information 2.0″ ne me parvient en réalité pas du tout “tout sur le même plan”, “selon un seul critère : le dernier arrivé en tête”. Elle me parvient de manière très hiérarchisée, très structurée, mais selon des modes de hiérarchisation, qui ne sont plus du tout ceux de l’information fournie par paquet par une rédaction.

(/noir)

(noir)J’ai pris le temps de détailler “ma” pratique de l’information 2.0 (multiplication et diversification des sources (professionnels, experts, amateurs), flux RSS, alertes personnalisées, recherches automatisées…), parce qu’elle met en évidence, uniquement pour ce qui ME concerne, pourquoi le projet de Mediapart ne correspond pas du tout à mes propres attentes. Je conçois très bien qu’il convienne à d’autres, et c’est une très bonne chose. Il ne me semble pas en tout cas être une véritable innovation dans le monde de l’information en ligne et ne me semble pas s’adresser aux gens les plus intéressés par l’information.

(noir)Il me heurte en tout cas sur un point : je n’ai plus l’intention de lâcher à quiconque la maîtrise que j’ai acquise sur la sélection, la hiérarchie et l’agenda de l’info, même à des journalistes honnêtes, indépendants, compétents et sympathiques. La sélection et la hiérarchisation, c’est désormais mon affaire, le rédacteur en chef, c’est moi !

(/noir)

On peut entrer, SVP ?

Vous pouvez lire la suite de l’article et suivre le débat sur Mediapart. Mais pour commenter à votre tour, il faudra revenir ici. :o)

Note à l’équipe de Mediapart et à tous ses abonnés : pourquoi n’ouvrez-vous pas les commentaires à tous dans la zone “Club”, aussi bien pour les blogs que pour les éditions ? Et pourquoi n’y -t-il pas de flux RSS disponible pour les éditions ? Vous n’avez qu’à y gagner : une ouverture sur les autres et sur le dialogue…

Pour le moment, cette “zone libre” de votre site, n’est en réalité qu’un bocal transparent, où l’on vous voit vivre entre vous, sans pouvoir communiquer avec vous. Ça fait un drôle d’effet de vous voir enfermés là-dedans !

Vous me faites penser à cette anecdote ancienne (avant l’avion et le tunnel sous la Manche): un jour de très mauvaises conditions météo sur la Manche, le trafic maritime avait dû être interrompu à destination de l’Angleterre. Un journal britannique avait titré : “Le Continent coupé du monde” !

Alors je toque contre la paroi : si vous ne voulez pas sortir de votre bocal, laissez nous donc entrer de temps en temps…

Sinon, j’ai bien peur que vous finissiez par tourner en rond dans ce bocal. Je dis ça pour vous, car, en ce qui me concerne, je ne manque pas d’occasion de rencontres et de dialogues inattendus et enrichissants… dans les vastes et populeuses étendues du web sans frontières… :-)

Lire aussi sur novövision :

Sur l’avenir du journalisme en ligne :
- Quand l’info devient liquide…
- Journaliste en ligne : devenir sa propre marque

Sur le projet Mediapart :
- Mediapart : des doutes, toujours des doutes
- Mes réticences face à Mediapart
- Mediapart versus Wikio

One Comment

  • narvic
    Posted 2 June 2008 at 14 h 03 min | Permalink

    @ JPC

    Vous avez raison, ma formulation prête à confusion. Je la modifie ;-)